à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (43) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (366) album du moi (21) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (428) avant/après (13) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (26) Björk (14) Bowie (19) breaking news (152) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (265) clip vidéo (192) cocoon (5) collages & médias (41) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (48) daily gotham (9) de face (282) de profil (299) disques (412) Empire Of The Sun (18) en boucle (154) En Mode Dépêche (1) exclusif (141) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (81) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (36) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (5) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (181) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (20) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (294) pieds poules (94) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (101) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (68) Religion cathodique (156) RHOBH (15) rien à voir (19) Róisín Murphy (35) saga (29) science fiction (49) sex & the city (11) sondage à deux balles (7) sport (47) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (178) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (27) us et coutumes (100) Valentin (53) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-05-29

Cannes 17 (5): Qu'est ce que je n'ai pas fait pour mériter ça?





Le goût des uns, le dégoût des autres... (1)


Comme chaque année, on vous fait vivre le festival le plus cheveux au vent de la planète, non pas sur le tapis, mais de dessous la carpette, non pas face aux marches, mais: de profil, de dos en flou de votre domicile.

Et voilà.
Qu'on y ait été ou pas, on peut tous rentrer chez soi.
Le Festival a éteint ses lumières, et les autres prendront aussi l'avion.
Et tandis qu'on entend encore les chants (mi- ABBA, mi-vikings) résonner dans le lobby d'un palace (il est 6h12'), The Square ayant reçu la palme d'or, nous on a décidé de plutôt décerner quelques tubas ...

Velvet Goldmine:

On ne reviendra pas longuement sur le palmarès des films qu'on a pas vus.
On se contentera de dire ce qu'on a pensé de ce qu'on a pu observer.

Monica Bellucci a clôturé le festival comme elle l'a commencé: en robe.
Perdo Almodovar a avoué qu'il était à moitié sourd.
Nicole Kidman a réalisé un court métrage de remerciements depuis chez elle au Tennessee, avec une direction photo très spéciale pour son prix spécial 70 ans, alors qu'elle n'en paraît pas tant.
Son absence n'a rien à voir avec le fait que c'est Will Smith qui devait lui remettre son prix.
La carrière de Diane Kruger est officiellement relancée.
120 battements par minute va décrocher un max de César si tout se passe comme prévu.
Le casting aurait semble-t-il mérité un prix spécial, mais vu que Nicole avait déjà fini sa vidéo...
Rien pour Good Time, mais vu que Robert avait déjà passé une soirée de merde dans le film, ça semble logique.
Il est dangereux d'appeler son film Happy End, ça peut porter la poisse.
Joaquin Phoenix était vraiment très surpris , vu qu'il avait déjà renvoyé ses chaussures vernies.
Et Netflix devra sortir ses films en salle, si elle veut qu'ils sortent de l'enveloppe.


Smoking, no smoking:


Le tuba d'or du  meilleur plan vacances gratis à David Lynch, venu présenter Twin Peaks, et qui a dû apprécier la douceur du climat cannois en toute décontraction.

Le tuba d'or de "Vas t'acheter un short" à Li Yuchun  pour sa tenue Margiela par Galliano.
On applaudit tant d'efforts pour être aussi moche.

Le tuba d'or du film qui aurait dût sortir à un autre moment: Le Redoutable, qui trouve son nom dans celui d'un sous marin.

Le tuba d'or de la traduction trop littérale à Monica Belluci pour le mot Maîtresse (syn: Mademoiselle Domina).

Le tuba d'or de l'ascenseur social sur les marches à Bella Hadid, qui à défaut de promouvoir un film, a fait monter en quelques années sa marque en flèche sans porter de bas couleur chair.

Le tuba d'or du sex toy 2017 à Robert Pattison, qui déclarait lui même: Je ressemble enfin à un adulte.

Le tuba d'or  de la rencontre la plus improbable : Agnès Jaoui et Will Smith.
Quand on les a vu côte à côte sur le site officiel, on y croyait moyen.
On les a imaginés en délibé faisant leur popote chacun de leur côté.
Mais magie de Cannes, ceux deux là sont comme Rox et Rouky: inséparables.
On muremure (oui oui, c'est nouveau) on muremure donc qu'il auraient un projet en commun:
Cuisine et Independance.

Le tuba d'or du film que le jury a pas dû trop kiffer, ou pas suivi, ou loupé la projo (oups, sorry, panne de réveil): L'Amant double.

Un festival qui a tenu ses promesses (même si les critiques son encore un peu affamées, vu la programmation), haut en couleurs comme annoncé, un peu plan plan comme redouté, mais bon on a pas 70 ans tous les jours, et surtout pas toutes les années...

(1) il y a bien deux paires de lunettes sur cette photo.

Lire les autres articles du label Cannes.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.