à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (43) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (365) album du moi (21) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (428) avant/après (13) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (26) Björk (14) Bowie (19) breaking news (152) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (265) clip vidéo (192) cocoon (5) collages & médias (40) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (48) daily gotham (9) de face (282) de profil (299) disques (412) Empire Of The Sun (18) en boucle (154) En Mode Dépêche (1) exclusif (141) fais moi une scène (1) festivités (27) films classés sans suite (3) flamand rose (81) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (36) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (5) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (181) mon oeil (2) ne riez pas (62) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (20) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (294) pieds poules (94) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (101) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (68) Religion cathodique (156) RHOBH (15) rien à voir (19) Róisín Murphy (35) saga (29) science fiction (49) sex & the city (11) sondage à deux balles (7) sport (47) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (178) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (27) us et coutumes (100) Valentin (53) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2017-05-17

Cannes 17 (1): Festival au bord de la crise de nerfs.



Comment on dit Youpi en espagnol?
(Matador , collage perso années 90) 



Comme chaque année, on vous fait vivre le festival le plus cheveux au vent de la planète, non pas sur le tapis, mais de dessous la carpette, non pas face aux marches, mais: de profil, de dos en flou de votre domicile.

Episode 1

C'est donc ce soir, en grandes pompes et sur talons aiguilles  (on en reparle)  que s'ouvre le 70 ème Festival du film de Cannes sous la présidence de Pedro Almodovar.
On ne craint donc d'ores et déjà pas un festival terne s'agissant de son jury...


On imagine déjà les petits déjeuners animés entre Will Smith et Agnès Jaoui, les crêpages de chignons bas entre Jessica Chastaing et Fan Bingbing (ce n'est pas un pseudo)  à l'apéro, et les coups de savate très hauts entre Park Chan-Wook et Paolo Sorrentino en after de délibération.


On a pas peur non plus d'une selection trop terne, entre 120 battements par minutes, le film rose et noir comme Act-Up, Louis Garrel en Godart transgénique, et The Beguiled, le nouveau Sofia Coppola sur fond de guerre de Sécession, on devrait en voir de toutes les couleurs l'arc en ciel de pantone de Dulux Valentine.

Un peu de tout, on devrait en voir aussi sur le vermillon du tapis, entre le défilé  des stars interplanétaires et la cohorte des peoples interminables, et comptez sur nous pour épingler au décolleté de ces dames le moindre faux pas fashionistique et pour dénoncer la maltraitance de la marche des pingouins par ces messieurs.


Un festival dont la météo estivale s'annonce sous les meilleurs auspices, si on arrive à oublier les barrages, les filtres, les snipers et les attentats au bon goût.
Un festivalmodovar, si vous me passez l'expression.

Mais Pedro, qui a le sens de la fête (je me souviens encore de la soirée La Mala Educación qui a fini en cabaret sauvage)  sera là pour remonter la température si l'ambiance était glaciale.

Et je ne dis pas ça pour la maîtresse de cérémonie, Monica Bellucci, qui sauf erreur de ma part, n'a pas fait appel à Vincent Dedienne pour lui écrire (et ouvrir) ses vannes.
Elle a promis qu'on parlerait de cinéma, et des femmes (tiens, donc?) .

En tout cas, on ne boude pas notre joie de voir une sélection suivre une élection, sans qu'on demande son avis à l'aréopage  politique.


Comment dit-on Youpi en espagnol?



Lire les autres articles du label Cannes.

PS: Suivez moi sur FB, Twitter et Instagram Stéphane Custers.