à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (44) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (57) actualités (372) album du moi (23) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (432) avant/après (15) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (27) Björk (14) Bowie (19) breaking news (156) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (18) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (268) clip vidéo (193) cocoon (5) collages & médias (42) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (35) coup de nez (20) courrier des lecteurs (17) Custers (52) daily gotham (9) de face (288) de profil (306) disques (416) Empire Of The Sun (18) en boucle (156) En Mode Dépêche (1) exclusif (142) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (83) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (39) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (6) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (185) mon oeil (2) ne riez pas (63) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (8) Parismonamour (22) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (301) pieds poules (96) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (105) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (69) Religion cathodique (158) RHOBH (15) rien à voir (20) Róisín Murphy (36) saga (29) science fiction (49) sex & the city (13) sondage à deux balles (7) sport (48) Star Wars (49) streetart (23) téléviseur (182) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (101) Valentin (57) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2010-11-27

Religion Cathodique: Charlotte Le Bon numéro.


Charlotte Le Bon et quelques amis proches, mais flous.





En cette d'année, il est venu le temps de distribuer les bonnes notes pour le premier trimestre.
Et il est une adorable cancre qui a su tirer son épingle du jeu des températures.
Charlotte Le Bon, la bonne pioche du Grand Journal cette saison.

Toujours aux frontières humoristiques de l'absurde, la minute brune très "Fructis" de la nouvelle Miss Méteo, enchante ou désarçonne les invités, et fait habilement diversion quand le temps est pourri.

N'hésitant pas à monter sur la table, ne lésinant pas sur les effets spéciaux "maison", elle a explosé les codes de ses "prédécesseuses".
Quitte à arriver la dernière, autant se faire remarquer.

Du status facebook qui nique tout le monde aux interventions très ORTF, Le Bon oublie les robes haute-couture trop apparentes, pointe son minois et ses yeux malicieux en sirène, en Ginger Spice, ou en ce qui lui plaît.
Et ça plaît.

En débauchant la Lolita des pubs, Canal a tiré le bon numéro.
Voire le gros lot?

NB: on peut écrire sur Charlotte Le Bon sans utiliser les mots érable, accent, et foufounes électriques.
par contre, n'ai pas pu m'empêcher de faire un piètre jeu de mots.

facebook stéphane custers de profil




Mon blog participe aux Golden Blog Awards, catégorie Lifestyle.
Merci de voter si le  vous en dit.



2010-11-10

Comme un garçon: La confusion des genres?



Grâce à la science et aux technologies modernes, nous savons à présent que chaque homme porte en lui en part de féminité plus ou moins détectable à l'oeil nu.
Et que l'industrie de la mode joue avec succès de son côté androgyne, faisant bouger les frontières du réel dans les deux sens au gré de sa fantaisie.
Bref, en tout homme une femme sommeille et parfois aussi à côté.

Il y a quelques années est apparue sur notre planète une espèce nouvelle, issue des meilleurs laboratoires de cosmétologie vénale: le Métro sexuel.
Un homme qui prend soin de sa peau, de ses rides et ridules, de ses dents blanchies aux rayons UV et de ses vêtements cintrés dans un large dressing.
Un homme qui assume son côté féminin et surtout son pouvoir d'achat.

Quelques années plus tard, il fût suivi par une autre génération tout aussi spontanée: les Über sexuels.
Plus brut de décoffrage, c'est à dire le poil de barbe trimmé à 3,5 mm au lieu de 2.
Un cow-boy qui se lave aux huiles essentielles.
Un gladiateur en très jolies spartiates.

Et depuis, plus de nouvelles...

On sait que la survie d'une espèce dépend de deux facteurs: sa rentabilité.
Ce qui semble avoir sonné le glas et le glabre d'Über, beaucoup plus difficilement détectable par les marketeurs vu qu'il peut être facilement confondu avec un bûcheron en costume du dimanche.
Le Métro sexuel, quant à lui est partout et aussi dans le métro.
Mais à force de lui vendre des crèmes amincissantes de nuit, il a tendance se fondre dans la masse corporelle le jour.
Bref, il est assimilé, digéré, et ne représente donc plus une cible de choix, vu qu'il est complètement acquis à la cause génifique.
Certains ont-ils spontanément changé de sexe, devenant ainsi des femmes tramway sexuelles?
Le dernier des Über vit-il, comme certains l'affirment, dans les montagnes de Tasmanie?
L'Über et le métro ont-ils été bouturés en laboratoire pour en sortir une troisième espèce: le Metrerubo sexuel?
Nous prépare-t-on dans la clinique de la forêt noire une nouvelle variété: le Art Déco sexuel où les deux genres semblent se mêler avec volupté dans une double lecture (voir illustration)?
Ou tout cela n'était qu'une vaste opération marchande destinée à relancer à la vivisection?

Difficile à dire, mais rassurez vous, chers consommateurs et matteuses, quelqu'un, quelque part, s'en charge pour votre plus grand bien être...

2010-11-06

Bruxelles: Pimp my life



Un train.
Un tram toutes les 25 minutes.
Des travaux qui interrompent le trajet.
Une navette?
Pas de navette, une marche.
Des boutiques qui ont fermé.
Un nouveau resto.
Un appartement où j'ai vécu.
Un enfant qui a grandi.
Un bar qui a rétréci.
Une voiture qui cède le passage.
Des arbres coupés sur une avenue.
Un endroit où je ne suis pas allé depuis la mort de Manu.
Un crachin.
Un immeuble détruit.
Une personne qui dit pardon quand elle vous bouscule.
Une vieille connaissance.
Une vodka violette au Fontainas.
Trois fous rires.
Une bonne fête.
François Ozon.
Corryne Charby.
Un vieux repaire.
Diane tell.
Un tunnel de la petite ceinture.
Un café "normal", pas allongé.
Un dîner entre amis?
Huit mois.
Bruxelles, you pimp my life.