à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (48) 3 en 1 (7) à mon avis (20) A.R.T. (61) actualités (385) album du moi (23) Alice (13) amour guirlandes et ... (12) art de vivre (457) avant/après (18) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (29) Björk (18) Bowie (19) breaking news (160) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (23) buena vista social network (20) c'était mieux avent (133) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (279) clip vidéo (200) cocoon (5) collages & médias (45) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (36) coup de nez (21) courrier des lecteurs (17) Custers (56) daily gotham (9) de face (302) de profil (327) disques (425) Empire Of The Sun (19) en boucle (161) En Mode Dépêche (1) exclusif (162) fais moi une scène (1) festivités (28) films classés sans suite (3) flamand rose (88) Gainsbourg (15) Game Of Thrones (45) glee (6) Goldfrapp (6) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (50) Martin Parr (7) mashup de sosies (4) même pas vu (10) Michel Gondry (8) Miss Monde (15) modes et travaux (194) mon oeil (2) ne riez pas (65) news from mars (7) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (6) Paradis (8) Parismonamour (25) pas vu à la télé (5) photo de groupe (63) photographie (319) pieds poules (101) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (106) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (23) quotidien des héros (6) réclame (73) Religion cathodique (162) RHOBH (18) rien à voir (21) Róisín Murphy (37) saga (29) science fiction (51) sex & the city (15) sondage à deux balles (7) sport (51) Star Wars (58) streetart (25) téléviseur (192) top of the posts (26) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (28) us et coutumes (104) Valentin (62) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2010-02-27

César 2010: Ce que vous ne verrez pas


C'est chaque année pareil.
On sort les petits-fours de Picardie.
On sort son smoking ou sa robe de sa housse antimite.
On sort la bouteille de champagne qu'on a gardé du dernier 31.
Tout est en place.
Les services de sécurité sont à pied d'oeuvre depuis ce matin.
On a dressé l'enseigne sur la devanture du Chatelet.
Comme chaque année, je suis invité aux César (dans mes rêves).
Comme chaque année je regarderai la télé...

2010-02-26

Chatroulette: Faut-il vraiment en parler?



La question reste entière.
Pour tout vous dire, j'ai hésité toute la semaine.
En parler, relayer l'info, et polémiquer n'est-il pas participer au buzz?
Mais bon, comme à peu près tous les médias s'y sont mis cette semaine, je me dis qu'ils ont réfléchi à la question.
Ce n'est que c'est samedi dernier, autour d'un verre, au détour d'une conversation, qu'un pote m'en a parlé.
Deux heures plus tard, avec un ami, nous sommes donc allé faire un petit tour.
Et c'est exactement ce à quoi on s'attend, ce à quoi il fallait s'attendre.
A part une discussion avec un couple de retraités en Floride, une famille américaine dans son salon (avant le passage des maçons du coeur), et trois quatre personnes déguisées qui font "wazaaaaaaaa", ce qui est plutôt drôle, c'est une alternance de visages de mineurs, de gros cochons, et de petits oiseaux déjà sortis.
Moins drôle.
Beaucoup moins drôle, en fait.
Les images de mauvaise qualité (voir illustration) se succèdent, vu qu'on vous zappe la plupart du temps, vu que vous n'êtes ni déguisé, ni prêt à montrer vos "tits & boobs" à qui l'écrit sur une minable feuille en papier en guise de page d'accueil.
Minable, le mot est lâché.
C'est un peu la fin du monde, la misère.
La solitude que voulait vaincre ce jeune lycéen russe en créant un chat universel démontre en fait une fois de plus le contraire.
Si internet développe le social networking, il engendre inévitablement l'ultra moderne solitude.
Ce qui partait d'une utopie plutôt sympathique est très vite contaminé par le virus informatique: celui de ceux qui n'ont vraiment rien d'autre à faire.
Du militaire qui fait la guerre tout seul dans sa chambre au loser qui se croit drôle parce qu'il a mis une perruque, circulez, il n'y a rien à voir.
Si, entre adultes consentants, avec l'appui d'un outil de modération, l'idée de rencontrer des gens à l'autre bout du monde peut amuser deux minutes, même sans ses dérives, en fait, le principe lasserait très vite.
Et il y a fort à parier que cette roulette russe s'est déjà tiré une balle dans le pied.
Un peu comme une (mauvaise) émission de téléréalité.
On va voir ce que c'est.
Moi, en tout cas, c'est tout vu.
Mais de grâce, n'y allez pas, et évitez cela à vos enfants, ils n'apprendront rien sur le pistil et l'étamine qu'ils ne sachent déjà.
Si ça peut éviter à des ados de voir ce truc, alors ça valait la peine d'en parler...

2010-02-20

A Single Man: Sous toutes les coutures




L'avant première sur les Champs Elysées a déplacé tout les modeux de Paris.
Parmi eux, quelques stars anonymes: Karl, Kylie, Jean-Paul, Dita, Guillaume, Laetitia...
Et quand Tom Ford invite la sublime Julianne Moore et le très smart Colin Firth à le rejoindre sur scène, il ne prononce que quelques mots pour dire la chance qu'il a eu de pouvoir compter sur eux pour son premier film.
Et c'est vrai.
Car " A Single Man", librement adapté du roman de Christopher Isherwood, repose avant tout sur les épaulettes de l'acteur britannique, impressionnant dans le rôle de George, un enseignant qui peine à faire le deuil de son compagnon disparu dans un accident de voiture huit mois plus tôt.
On comprend très vite que George met en scène ce qui sera sa dernière journée sur terre.
L'époque des Sixties, et la pudeur très British de l'acteur (en course pour l'Oscar) conviennent parfaitement à ce portrait à la loupe. Au scalpel.
Sous toutes les coutures.
Et si parfois l'esthétique ultra léchée de Tom Ford semble diluer le propos et retarder le récit, l'équilibre est vite rétabli par le casting impeccable dans son ensemble.
Le réalisateur, dont c'est après tout le premier film, a su s'entourer.
La séquence du dîner entre George et son ex copine et meilleure amie Charley -Julianne Moore, égale à elle même mais en toujours mieux- est magnifique, dans tous les sens du terme.
La photo, l'esthétique, viennent alors sublimer le jeu des acteurs, l'encadrer, le ciseler.
Et il faut effectivement du talent pour arriver à ce degré de mise en scène.
Le reste du casting est à la hauteur, dont le jeune Nicolas Hoult, découvert dans "About a boy", même si je n'ai pas compris le pull en angora.
Les imperfections de ce film, comme certaines systématiques au niveau des couleurs, n'empêchent pas de trouver l'ensemble réussi, donnent en tout cas l'envie de lire le roman, et excitent la curiosité quant à la suite de la deuxième carrière (très prometteuse) de Mr Ford.
A Single Man est avant tout un film singulier, et on ne peut que s'en réjouir entre modeux, entre stars, ou entre anonymes...



















A Single Man, sortie le 24 Février 2010.

PS: Merci à Virginie pour la magnifique soirée.
PS 2: Si ceci vous plaît, partagez le sur twitter et/ou facebook (cliquer sur partager en haut) et inscrivez vous dans followers: nez à nez dans la colonne de droite.

2010-02-13

Ne riez pas: C'est l'année du Tigre.


Bon ok, ok, je sais.
On vous avait dit que l'année du boeuf serait votre année (voir "Ne riez pas: c'est l'année du Boeuf).
Et force est de constater que c'est pas la joie en ce moment.
Mais bon, il faut dire que ce nouvel an qui tombe systématiquement en Février, quand tout le monde en a marre de l'hiver, alors qu'il nous reste encore un mois à tirer au bas mot.
Et comme cette année il neige partout, sauf à Vancouver, on peut se dire que seul les tigres blancs sortiront leurs pétards cette année pour fêter ça...

2010-02-05

Star Wars: Les fans de thon menacent (la pub interdite)




Luke, je suis thon père.


A chacun sa polémique.
Alors qu'aux Usa une pub contre l'avortement pendant le Super Bowl divise les Américains, ici c'est une publicité pour le thon, censée être diffusée sur M6 pendant l'intégrale de Star Wars, qui suscite la controverse.
En pleine polémique sur la pêche au thon rouge, elle a été jugée trop "dark side of the force" par le CSA.
Un budget colossal avait pourtant été investi dans cette pub à grand spectacle.
Et oui: C3P0 porte une culotte.
Voici donc en exclusivité la pub que vous ne verrez pas à l'antenne.
Merci à Itshuta pour ce document exceptionnel.





PS: Si ceci vous plaît, partagez le sur twitter et/ou facebook (cliquer sur partager en haut) et inscrivez vous dans followers: nez à nez dans la colonne de droite.