à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (43) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (365) album du moi (21) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (428) avant/après (13) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (26) Björk (14) Bowie (19) breaking news (152) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (265) clip vidéo (192) cocoon (5) collages & médias (40) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (48) daily gotham (9) de face (282) de profil (299) disques (412) Empire Of The Sun (18) en boucle (154) En Mode Dépêche (1) exclusif (141) fais moi une scène (1) festivités (27) films classés sans suite (3) flamand rose (81) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (36) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (5) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (181) mon oeil (2) ne riez pas (62) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (20) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (294) pieds poules (94) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (101) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (68) Religion cathodique (156) RHOBH (15) rien à voir (19) Róisín Murphy (35) saga (29) science fiction (49) sex & the city (11) sondage à deux balles (7) sport (47) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (178) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (27) us et coutumes (100) Valentin (53) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2009-01-31

Ne riez pas: 2009, c'est l'année du boeuf


(magnifique photo prise il y a quelques minutes à peine lors du défilé)




On ne compte plus les jeux de mots qui ont été faits autour de l'an neuf.
Ils sont nombreux à avoir rivalisé de créativité pour présenter leurs voeux cette année.

Certains s'en mordent encore les doigts.

Comme Gilbert B. qui a trouvé malin d'envoyer des oeufs par la poste à ses meilleurs clients, dont certains à l'étranger.
Ils ont moyennement apprécié la fraîcheur de la blague et les retards de la poste.


Mais heureusement, c'est aujourd'hui que, tambours battant et pétards pétaradant, le nouvel an chinois annonce la fin des festivités (après la St Sylvestre et la St Barack) d'une année qui s'annonce comme celle des révolutions.

Et l'animal sur qui c'est tombé, c'est le boeuf.

La symbolique est forte, tant le bovin traîne avec lui depuis des millénaires des chariots entiers de mythologie et de légendes tant urbaines que rurales.

Oui, je fais des belles phrases.

J'explique:
Du boeuf de la crèche à la vache sacrée, du veau d'or à la vache qui rit, le quadrupède ruminant symbolise la prospérité, l'abondance, la fécondité et une certaine idée de la gastronomie.

Bref, parfait pour vite oublier cette vilaine crisounette qui nous a pourri la dinde.

Cette année sourira aux audacieux, aux créatifs, aux entrepreneurs.

Vous: Hein?
Moi: Oui!

Mais à une condition:

Ne passez pas votre temps à ruminer le passé.
Seul le regard bovin tourné vers l'avenir peut voir que l'herbe est plus verte ailleurs, demain.
C'est l'année de tous les projets, de toutes les ambitions, et de toutes les entreprises, pour ceux qui ne regarderont pas le train passer et sauteront dedans à sabots joints.

Et c'est ici que je vous épargne le "Qui vole un neuf,....".

Hardi! Bats la campagne et annonce la bonne nouvelle, l'année du boeuf a commencé par un boeuf, et finira en fanfare!

Si ça ce n'est pas de la méthode Coué (qui n'était pas chinois)...

2009-01-27

Photo: Stéphane Custers( c'est moi) par Antonin Guidicci(c'est lui)



Stéphane Custers se la pète grave en clown.©Antonin Guidicci


Photos réalisées par le jeune et très doué Antonin Guidicci, extraites de sa série de clowns posh ou trashs, sexy ou sexués,provocateurs ou désespérés.
A voir absolument (ainsi que le reste de son travail) sur http://antoninguidicci.com

2009-01-24

Religion cathodique: La Saison des Awards


C'est une tradition.
C'est à cette époque de l'année que les récompenses pleuvent.
Césars, Victoires, Globes, Oscars, Molières...
C'est une véritable "Golden shower", si vous me passez l'expression.
Besoin presque animal de "l'industrie du spectacle" de se congratuler les uns les autres.
Besoin d'être reconnus par ses pairs et ses paires.
Mais aussi des fans: "la plus grande récompense c'est celle du public".
Bin tiens.
D'ailleurs ce sont rarement les succès publics qui sont les plus récompensés.
Il faut de la reconnaissance pour tout le monde.
Ce n'est ni bien ni mal.
Ni juste ni injuste.
C'est en fait un jeu dont personne n'est dupe.
Et puis, une récompense il n'y a pas a dire: ça fait toujours plaisir.
Et ça fait marcher le commerce.

2009-01-09

Météo: ça arrive même aux plus grand(e)s


En cette période de gel hivernal et de verglas infernal, nombreux parmi vous sont ceux qui ont échappé de peu à l'humiliation.
Et certains même y sont allés quand même.
Une petite vidéo réconfortante, si vous vous êtes plantés, étalés, vautrés à la Défense ou place Flagey, vidéo que j'hésitais à mettre depuis longtemps sur ce blog, tant je considère la chute sur le cul comme le rez de chaussée de l'humour.
Mais ça marche toujours. Avec moi en tout cas.
D'ailleurs quand je me prends une gamelle, je ris toujours le premier et plus fort que les autres.
En effet, ça exorcise instantanément le sentiment de honte.
Et quand j'ai découvert la deuxième vidéo et son effet "loi des séries", j'ai encore hésité.
Mais vu les conditions atmosphériques propices au "mange bitume" et autre "coccyx party"...
C'est parti (justement)!





Voilà une professionnelle de la gamelle.
Vous, vous vous tapez la honte devant quinze badauds, elle devant des millions de spectateurs du concours Miss Univers.
Elle reste digne, fait passer la souffrance en fermant ses chakras et en ouvrant des lèvres pulpeuses sur des gencives serrées de douleur.
La translation verticale est parfaite sur les 70 centimètres qui la séparent du sol.
Malheureusement, deux mains à la réception lui valent une pénalité technique.
Notez dans la bande son le "Oh, no!" qui suit directement sa chute: ça ne s'invente pas.
Elle fait face aux témoins et les affronte en faisant un sprint genre "quand on tombe de cheval, il faut tout de suite remonter en selle".

7,5 pour la technique, 9 pour l'artistique.

Et voici ce qui se passa un an plus tard, à celle qui lui succéda :


Technique différente: la performance.
Elle n'hésite pas à s'applaudir elle même de sa cascade.
C'est après que ça se gâte.
Elle ne sait plus où regarder (à part le sol), le sourire se fige.
Bref une contre performance artistique qui risque de lui coûter le podium.
Il faut dire qu'être la deuxième Miss Usa à se vautrer en deux ans, il faut le faire.
Ici, c'est Robin Thicke qui entonne: "i got it, you got it, we got the magic girl".
We sure do.
Mais visiblement, elle a souffert.
Elle nargue ceux qui auraient envie de rire.
"You want a piece of me?"

8 pour la technique (les escaliers ça peut faire très mal), 6,5 pour l'artistique.

On rit mais ça fait mal, mais ça fait du bien.

Allez, entraînez vous chez vous, soyez près, soyez sublime, même à ras du sol...




vos commentaires et réactions: stephanecustersdeprofil@gmail.com