à vue de nez

007 (16) 10 bonnes raisons (43) 3 en 1 (7) à mon avis (19) A.R.T. (55) actualités (365) album du moi (21) Alice (11) amour guirlandes et ... (11) art de vivre (428) avant/après (13) awards (33) B.A. (1) back to the future (18) bilan (26) Björk (14) Bowie (19) breaking news (152) Britanny: le roman photo (35) Bruxellesmabelle (21) buena vista social network (17) c'était mieux avent (120) calendrier (46) Cannes (38) cinématographe (265) clip vidéo (192) cocoon (5) collages & médias (40) comme un dimanche (3) comme un garçon (10) compils anonymes (34) coup de nez (19) courrier des lecteurs (17) Custers (48) daily gotham (9) de face (282) de profil (299) disques (412) Empire Of The Sun (18) en boucle (154) En Mode Dépêche (1) exclusif (141) fais moi une scène (1) festivités (27) films classés sans suite (3) flamand rose (81) Gainsbourg (13) Game Of Thrones (36) glee (6) Goldfrapp (5) Grace Jones (11) Hunger Games (11) J'ai 10 ans (12) Jukebox (23) La Famille Colin (20) lapin blanc (11) Les Favis (Fashion Victims) (21) livre d'images (13) ludothèque (49) Martin Parr (5) mashup de sosies (3) même pas vu (8) Michel Gondry (8) Miss Monde (14) modes et travaux (181) mon oeil (2) ne riez pas (62) news from mars (6) Ornicar (5) Oscar and The Wolf (5) Paradis (7) Parismonamour (20) pas vu à la télé (4) photo de groupe (58) photographie (294) pieds poules (94) piqûre de rappel (2) playmobil (9) Polyphème (101) portrait pas chinois (10) pubs en tubes (6) quelle histoire (10) question (22) quotidien des héros (6) réclame (68) Religion cathodique (156) RHOBH (15) rien à voir (19) Róisín Murphy (35) saga (29) science fiction (49) sex & the city (11) sondage à deux balles (7) sport (47) Star Wars (48) streetart (22) téléviseur (178) top of the posts (24) tortilla de patatas (14) Twin Peaks (27) us et coutumes (100) Valentin (53) VHNBKBTRS (3) weekendpedia (4) Woodkid (12) Yan Wagner (9)

2009-12-31

2009: Lost in transition



Ce genre de choses arrive à tout le monde: se retrouver, par choix ou par la force des choses, dans une période de transition.
Notion un peu vague, à plus d'un titre.
Et qui sonne un peu comme l'heure de la visite médicale, version slip chaussettes.
La seule chose qu'on perçoive très nettement, c'est le changement.
Changement.
En voilà un drôle de mot.
Je veux dire, sur lequel je voudrais marquer une pause.

Le changement, et par extension, une période de changement, c'est exactement comme un panneau illisible.
On sait qu'il a des conséquences.
On n'est pas sûr de savoir lesquelles.
Car un changement qui s'opère (notez que les termes médicaux sont toujours utilisés quand il y a complications) vous met toujours dans un drôle d'état.
Vous emmène dans des lieux où vous n'avez pas forcément envie d'être.
Une salle d'attente , une zone de transit, un quai de gare, une salle des pas perdus, tous ces endroits avec du mobilier horrible, des courants d'airs et où il n'y a rien d'autre à faire que de lire "Public", "Le Monde 2" d' il y a 2 ans, "Modes et travaux", "Cheval, je t'aime" sans oublier évidemment "Point de vue, images du monde qui est autour de toi, que tu vois bien, mais sur lequel tu n'as aucune prise pour l'instant".

Cette période dite "de transition" est donc floue, comme un vol retardé ad libitum, un Eurostar bloqué dans le tunnel, ou une mauvaise photo de David Hamilton, l'érotisme en moins.
Car en fait d'érotisme, sur la photo, il y a juste une fenêtre donnant sur une plage déserte, avec un voile très tarte qui laisse pénétrer une lumière diffuse, un chapeau de paille qui vole et une voix dans les haut-parleurs qui dit: le petit Stéphane est attendu au centre d'accueil.
Mais en japonais.
Du coup, vous refermez le magazine et vous reprenez une gorgée de coca chaud acheté dans un arnaqueur automatique.
Et vous attendez.
Qu'on annonce votre vol, votre destination, l'heure de votre arrivée, et la température au sol.
Mais comme vous n'êtes pas une vache, du genre à regarder passer les trains, vous vous impatientez.
Et vous ruminez.
Quand pourrai-je dire: cette période de transition est bel et bien finie?
Quand est-ce que concrètement, je pourrai dire: ça y est, j'ai franchi le cap de Bonne Espérance?

Ras le bol de l'inconnu, je veux le dépliant avec les photos de la piscine à débordements!

Et pourtant voilà bien la clef de tout ce "Mystérieux Voyage de Marie-Rose et la chaussure qui vole à l'aveuglette".
L'inconnu.
En fait, vous êtes paumés parce que vous hésitez entre l'ascenseur et les escaliers, la nage ou le pédalo, la jupe courte ou le pantalon, le coup de téléphone ou celui de la panne, par peur de l'inconnu.
Alors, que paradoxalement, c'est justement ce dont vous mourrez d'envie.
Il est grand temps de ne plus attendre, de prendre des risques, d'accélérer le transit quitte à en chiner un peu (un n de trop).
Il grand temps de se retrousser les manches, le nombril et le reste, et de voguer en toute naïveté vers de nouvelles aventures trépidantes.
Hardi! Hardi!
Faites sonner les trompettes japonaises, je déclare toutes les périodes de transitions de tout le monde ajournées jusqu'à nouvel ordre.
Certes, certes, certes, je vous entends ricaner dans les haut-parleurs:
Tout ceci, j'aurais pu le lire dans un vieux numéro de "Psycho à deux euros" dans la salle d'attente de mon dermato, par exemple.
Mais sincèrement, après mûre réflexion, je n'ai pas que ça à faire... pas vous?

Bonne Année à tous.



PS: Si ceci vous plaît, partagez le sur twitter et/ou facebook (cliquer sur partager en haut) et inscrivez vous dans followers: nez à nez dans la colonne de droite.

2009-12-23

Britanny: Tome 2 épisode 14 part one

Le dénouement est proche. Brit va bientôt pouvoir refaire surface.
Mais de nouvelles épreuves l'attendent encore en chemin... et nous aussi.
cliquez sur les pages.












2009-12-08

En boucle: Snow Patrol / Just Say Yes


I can feel your heatbeat thru my shirt...

Certains ont leur tube de l'été.
Voici mon tube de l'hiver.
Le tube qui me met de bonne humeur le matin quand dehors c'est l'éclipse permanente.
Qui m'hydrate les pores quand j'ai la peau qui tire...

2009-12-06

Amour, Guirlandes et Beurre Salé : +3




Il y a quatre saisons je postais le précédent volet de cette haletante saga.

Si certains se demandent pourquoi je prends ce temps de réflexion, je leur conseille de lire les trois premiers épisodes dans la même rubrique (colonne de droite).

Car en effet, il faut bien un an pouvoir tirer les conclusions d'une année. C'est mathématique.
Et comme si ça ne suffisait pas, la fin d' une décade.

Je suis donc en vie et en bonne santé, comme en témoigne cet autoportrait pris durant une cure en Suisse cet été.
Thermale. Une cure thermale.
Bref, revenons à notre décathlon...

2009-12-02

Question: Quand est-ce qu'on mange?


Chaque couvercle a son pot, disait la grand-mère bien veillante à sa petite-fille de 37 ans et demi.
Ma grand-mère aurait plutôt dit: songe à trouver un hobbie.
Mais admettons.
Le problème est qu'on est plus au temps des petites épiceries de quartier.
Nous sommes à l'ère des hypermarchés.
Du e-commerce.
Des pots et des couvercles, il y en a à tous les étages.
Il y a même des magasins de pots vintage.
Et des couvercles collectors...

2009-12-01

Breaking news: Brit against AIDS

Britanny, chanteuse:

"Comme je dis toujours, et jusqu' à preuve du contraire, il n'y a pas trente six solutions pour se préserver du Sida.
Mais il y en a une dans chaque emballage..."

2009-11-22

Britanny: Tome 2 épisode 12 deuxième partie

Pauvre Brit. Sa quête de vérité l'emmène dans des endroits peu recommandés pour une jeune fille.
Pourtant, les zones d'ombres se réduisent, l'étau se resserre et le dénouement est proche.
Même si, une fois de plus, les apparences sont trompeuses, la vérité nue ne va pas tarder à éclater...
Cliquez sur les pages:














2009-11-21

Coup de nez: 2012: mon C...L


Un inca dans le métro.

Vous savez que je n'aime pas les gros mots.
Mais aux gros maux, les gros remèdes.
Je n'en peux plus d'entendre parler de la fin du monde.
Surtout quand le mois de Novembre est aussi délicieux.
Et je ne parle pas que de la météo.
Mais sincèrement, ce n'est pas parce que trois mayas ont calculé avec leur boulier compteur en fèves, entre leur chimole du midi et leur sacrifice humain du soir, que le monde finirait en 2012, qu'on va se pourrir la vie pendant deux ans, non?
Comment dit-on NIET en maya?
Si un porte-avion doit vraiment raser un jour la Maison Blanche, de deux choses l'une:
Soit elle sera évacuée à temps.
Soit on s'en fout, CNN ne sera plus en mesure de nous montrer d'images du tout.

Je veux dire par là: à quoi sert, franchement, de se faire peur (ou de se rassurer?) en anticipant la fin d'une civilisation, alors que personne ne sait quand sonnera notre heure (à chacun), qu'on est pas capable de vivre ensemble et qu'on ne trie ses déchets qu'une fois par millénaire?
En fait quelle certitude avons nous?
Je ne vais pas, en plus de la grippe Aaaaaaaaaaaaaaaah, flipper à chaque fois que je croise un maya dans la ville?
Je ne vais tout de même pas me prosterner en implorant le ciel, à chaque fois qu'il chante "la Colegiala" dans le métro?
N'est-ce pas un peu facile de se dédouaner ainsi de tous les malheurs qui pourraient nous tomber dessus? (et je ne parle pas de comètes).
N'est- ce pas un peu lâche d'excuser ainsi par avance, toutes les erreurs que nous commettrons?
"De toutes façons, on s'en fiche, c'est bientôt la fin du monde." dira Raymond au 20h (si il y en a encore un).

Je cesse tout de suite ce prêchi-prêcha ridicule.
J'ai toujours détesté les donneurs de leçons, et les maths.
Ok, les Mayas étaient des élèves doués.
Ok, ils savaient jouer aux légos.
Ok, ils maîtrisaient l'art du cabaret.

Mais si la fin du monde est proche, je veux être hypermétrope.
Hypermétrope et joyeux.
Joyeux et incertain.
Incertain et vivant.
Vivant et ridicule.
Ridicule et nu, avec une plume où je pense.
Et jusqu'à preuve du contraire, je pense avec ma tête...

2009-11-05

Mais où est donc Ornicar: Un petit café?


Je n'ai que très peu de dons.
Mais s'il y a une chose que je sais faire c'est lire l'avenir dans le café.
Car, croyez-le ou non, je peux dire en regardant dans mon expresso du matin si la journée sera bonne.
Ou bonne à rien...

2009-11-03

Breaking news: Róisín Murphy/ Orally Fixated



On reste bouche bée...

A y est.
En attendant le sien, le vrai, la cigogne Róisín Murphy nous livre son nouveau bébé "Orally fixated" qui passera en boucle dans toutes les crèches dès demain et sera en vente dans toutes les bonnes confiseries de Grande Bretagne le 16 (métaphores de critique musical un peu nunuche?).
Personellement, mes oreilles sont déjà décollées par les drums syncopés et les guitares punchy (ça fait bien disquaire comme phrase, ça)...

2009-10-02

Fashion week: Dans le plus simple Apparel




Fini de jouer à cache-cache, ça y est!
Plusieurs fois par an, les grands méchants looks sortent du bois pour dévorer à pleines dents les petits chaperons multicolores qui défilent sur les catwalks et qui, entre parenthèses, n'ont toujours pas assez mangé de beurre.
Designers, journalistes, divas, critiques du dimanche et champagnophiles du mardi (mais pas seulement) se retrouvent, se toisent, se mangent tout cru, et déboulent dans les rues de Paris, telle une horde furieuse...

2009-09-24

Nouvel An Belge: Petit rappel des festivités


A ceux qui vivent en Chine ou sur Krypton, il vous reste tout juste assez de temps pour sauter dans le dernier thalys.
Samedi, dans tout Monmartre, c'est le nouvel an belge qui fera frétiller vos papilles auditives (notamment).
Avec entre autres: Vive la Fête, John et Jean de Ghinzu Dj set, MVSC, Nestor! ou encore Phantom feat Lio.
Rien à rater, tout à découvrir.
Et reservez, l'an dernier la file s'étendait jusqu'à la voie lactée.
Je vous aurai prévenu.
Un belge averti en vaut deux...

http://www.nouvelanbelge.com/

2009-09-04

Religion Cathodique: le secret des dieux part 8

Comme chaque année je vous propose de découvrir en exclu de rien du tout les séries pas ratées que vous n'allez pas rater à la rentrée.
Trop longtemps laissées dans des cartons, elles vont cartonner.

Un conseil: ouvrez la vidéo dans une autre fenêtre pour pouvoir lire et visionner simultanément.

Aujourd'hui: "BJ and the Bear"

Cette série c'est un peu le Lost des "routiers sont sympas".
Du suspense, on pige rien, mais qu'est ce qu'on se marre.

Alors attachez vos ceintures, c'est du lourd.
Du poids lourd.
C'est l'histoire d'un beau camion qui file sur l'autoroute.
En fait il roule "everywhere" comme dit la chanson.
Il faut bien regarder parce que ça va très très vite.
Ah, non.
Il y a Billy Joe et un ours.
Ah, non.
C'est un singe.
Euh... à moins que BJ soit le singe et l'ours ce soit l'autre.
Roulons, ça va nous changer.
Petit test d'ophtalmologie: essayez de lire ce qu'il y a d'écrit sur la portière.
Qui est Greg Evigan? Le chimpanzé ou le brushé?
Ce dernier va lui apprendre à chanter.
Le singe est content.
Bravo au dresseur.
Attention, on double un camion blanc!
Si on faisait une blague à cette blonde routière anonyme?
Tutuuut.
Elle répond: tutuuut.
Qu'est ce qu'on se poile entre routiers (une piste pour trouver l'ours de l'histoire?).
Roulons, ça va nous changer.
Bon, là on lit très bien le titre de la série, mais toujours pas un ours à l'horizon.
Attention........ attention ..... attention..... cascade!
Voilà c'est fini.


Alors ceux qui ont une idée sur le scénar (ou qui arrivent à entendre les paroles de la chanson, qui, on le suppose, nous en disent un peu plus), n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à stephanecustersdeprofil@gmail.com.

2009-08-29

Britanny: Tome 2 épisode 12 première partie

Si elle s'est faite plus rare en cette période de vacances, ce n'est pas parce qu'elle chôme.
Ni qu'elle se dore la pilule sur la French Riviera.
Pour Brit, toujours portée disparue, les recherches commencent pour retrouver sa mère biologique.
Et on connaît sa passion pour les sciences...
Cliquez sur les pages pour une meilleure lecture.
nb: Britanny a sa fan page sur Facebook!